L’enjeu de l’élection en France

Le système politique et économique en France est à bout de souffle, comme dans la plupart des pays. La raison et l’espoir ne sont plus suffisants face à l’abstention et des politiciens qui ne peuvent plus que mentir. On vous manipule de l’éxterieur (Poutine) pour inciter la rage comme mode de vie: tous vos problèmes, c’est la faute aux autres. Que faire?

John Oliver implore les français à ne pas commettre la même bêtise qu'eux.

Au delà de la rigolade

L’abstention comme mode de proteste ne marche pas: il faut changer le système et s’abstenir produit un vote implicite non désiré. Si vous vous abstenez vous ne pouvez pas vous plaindre: c’est aussi votre faute que les choses ne changent pas.

Les fachos: Pur produit d’un système pourri. Promettre tout et n’importe quoi, en vociférant. Emploi, sécurité: Aucune solution sérieuse, la faute de tout c’est les autres. Mais le résultat, nous le connaissons: la dérive aux États Unis et au Brexit, les dictatures. Ils ne peuvent gagner que si l’abstention est forte. Ils ne peuvent représenter que les ressentiments, la haine, la défaite.

Macron. La France a produit une alternative dont le Royaume Uni et les États Unis ont grand besoin, mais n’ont même pas à l’horizon: remplacer les partis traditionnels, qui ne marchent plus depuis longtemps. C’est déjà un gros travail et une belle surprise. Il reste beaucoup à faire et il faut s’assurer que Macron aille jusqu’au bout mais c’est un très bon premier pas. Il serait bon qu’il comprenne le dégoût que suscitent les banquiers, mais une profession ce n’est pas une raison de discriminer. Le seul problème c’est qu’il manque plus de fermeté face aux vociférations stupides des populistes.

Fillon, victime de ses mêmes fausses postures puritaines, capable d’entrer dans le jeu du populisme pour quelques votes. La face d’un système nul et ridicule.

Hamon, ah bon? Il est encore là? L’autre parfaite incarnation d’un système crevé, monsieur tout le monde et personne. Ne serait il utile que comme contrepoids aux ayatollahs de la gauche, mais il ne peut même pas faire ça.

Mélenchon: l’anticapitalisme à la con, le petit sourire satisfait de celui qui parle au petit groupe de convaincus. Promesses vides garnies de vide moral: la débâcle Chavez? C’est bon! Poutine? Pas de problème!

Le capitalisme est il en crise? Évidemment! Mais l’étatisation n’est pas la solution, suivant! Si vous n’apportez pas de vraies solutions vous faites partie du problème. Ça serait comique si ce n’était pas si tragique, à l’époque où les travailleurs ont l’occasion unique de s’émanciper, de ne plus travailler pour quelqu’un d’autre mais pour eux mêmes, avec d’autres travailleurs libres: la vieille gauche puante veut les maintenir soumis comme ouvriers exploités.

Le choix est pour une fois étrangement clair: quelqu’un a travaillé pour changer le système, vous êtes pour ce premier pas nécessaire avec Macron ou vous restez avec le système que vous avez: à vous de choisir!

Advertisements